Bienvenue à la FFMC 60

 

LA FFMC60 COMMUNIQUE                                                                  Lundi 29 octobre 2018

 

Des consommateurs indépendants ont lancés le projet d’organiser des actions de blocages à partir du samedi 17 novembre, en protestation contre les augmentations répétitives et abusives du prix des carburants.

 

Relayé sur les réseaux sociaux, en quelques jours ce projet a pris une ampleur considérable, de nombreux consommateurs  indépendants ou en groupes constitués ont diffusé des messages et appels à l’action, ce sont  plusieurs milliers d’usagers, automobilistes, motards, camionneurs qui vont à priori participer sur tout le territoire national.

 

Les augmentations de carburants, sous prétexte écologique, font parties d’un vaste plan gouvernemental d’éviction des moteurs thermiques, en particulier des moteurs diesels, elles sont programmées sur le long terme et atteindront des niveaux inacceptables.

 

Cette action lancée par ces usagers de la route entre dans une perspective politique de défense du pouvoir d’achat qui se justifie très certainement, mais dépasse largement  le monde des motards et le champ d’action de la FFMC.

 

La FFMC60 soutient ces actions, incite ses adhérents à y participer à titre individuel, mais ne participera activement en tant qu’organisateur que dans le cadre d’un collectif officiel qui serait mis en place par des associations constitués et proches de nos valeurs ce qui n’est pas le cas actuellement.

 

Pour défendre ses adhérents et les motards en général, la FFMC focalise ses actions sur les règlements, lois et autres décrets qui impactent directement la sécurité ainsi que la formation.

Dans ce cadre, les sujets de combats sont nombreux et lourds :

 

  • La lutte contre les 80km/h n’est pas terminée et s’organise, un projet de loi va être soumis à  nos élus afin que tout l’argent récolté par le contrôle sanction automatisé soit destiné exclusivement à l’entretien du réseau routier. On nous a imposé le 80 km/h sans nous demander notre avis ni celui de nos élus ? Au moins que l’argent récolté serve à la vraie sécurité routière.
  • Le contrôle technique est de nouveau programmé dès 2022 pour les motos, ce sujet revient régulièrement, mais a toujours été repoussé grâce aux actions de masse de la FFMC, toutes nos forces seront nécessaires pour encore une fois annuler ces actions appuyées des lobbies.
  • Les ZCR devenues Zones à faibles ou basses émissions vont continuer non seulement à s’étendre mais aussi à se durcir, interdisant ainsi l’accès aux centres villes, agglomérations voir même des départements entiers à de très nombreux motards.
  • Les restrictions de parking sont tous les jours plus nombreuses et les places plus couteuses, les enlèvements en masse sont organisés (cf le Salon de la Moto), notre détermination doit être totale pour défendre notre conviction : la moto est la solution aux difficultés des centre villes.
  • Les véritables actions de formation des jeunes, de sécurisation des infrastructures, de concertation avec les professionnels et utilisateurs sont inexistantes, nous devons être moteurs pour un véritable dialogue constructif avec tous les acteurs de la route.

 

Le Conseil d’administration de la FFMC 60

 

 

PROCHAINE REUNION MENSUELLE VENDREDI 2 NOVEMBRE

 

**********

images

Remerciements,

La famille d’Éric DESESPRINGALLE et la FFMC 60 tiennent à remercier les 42 motards qui sont venus et parfois de loin afin d’accompagner notre ami pour son dernier voyage. Nous remercions aussi ceux qui ne pouvaient êtres présents sur place mais étaient avec lui par la pensée.

La FFMC 60 remercie aussi tout ceux et celles qui nous ont envoyé un message de soutien et vous êtes nombreux à l’avoir fait : le bureau et le secrétariat National de la FFMC, les antennes FFMC, l’AFDM, la FFMC Loisirs, les délégués bénévoles de la Mutuelle des Motard, Moto Magazine…

Image en ligne

C’est avec la plus grande tristesse que la FFMC60 vous annonce le départ de notre ami Éric DESESPRINGALLE, parti rejoindre le paradis des motards.

Il nous a quitté très rapidement. La maladie a été plus forte que lui.
Son implication dans le monde associatif, en particulier au sein de la FFMC60 comme militant, mais aussi quelques années comme trésorier et de la Mutuelle des Motards  en tant que délégué bénévole pour l’Oise pendant une vingtaine d’année, il a laissé une image que personne ne pourra oublier.
Nous sommes de tout coeur avec ses proches et souhaitons qu’il repose en paix.

**********

Lettre ouverte de la FFMC à Monsieur le Premier Ministre Edouard Philippe :

Monsieur le 1er Ministre,
Nous avons l’honneur de ne pas vous demander audience.

A quoi bon ? Dès avant le 9 janvier, votre décision était prise. Sans tenir compte ni même seulement entendre en séance plénière du Conseil national de sécurité routière (CNSR) les associations qui comme la nôtre travaillent d’arrache-pied, au prix de grands sacrifices de leurs bénévoles, pour faire en sorte que les usagers comprennent et s’approprient les enjeux de sécurité routière. Non, vous, vous avez décidé, avant des échanges qui pourtant auraient pu éclairer votre démarche : nous avons fait des recherches : avant votre nomination, la sécurité routière au niveau où nous la pratiquons vous était étrangère. Par ailleurs, elle était totalement absente du programme du Président Macron, à part pour en dire qu’il était opposé à la mise en œuvre généralisée des 80 km/h…

Devons-nous en conclure que vous jugez n’avoir rien à apprendre des spécialistes que nous sommes ? Le son de cloche des actuaires de la DSR vous suffit ? Puisque vous n’entendez pas toutes les parties prenantes, vous décidez, vous tranchez… Vous êtes le 1er Ministre. Mais vous donnez votre avis personnel sur le sujet : l’avis d’Edouard Philippe… Pas nous monsieur le 1er Ministre. Nous, nous portons la voix de nos adhérents et bien au-delà, celle du Mouvement motard FFMC qui s’appuie sur bientôt 40 années de travail assidu dans tous les domaines qui touchent aux deux-roues motorisés. Nous portons la voix de milliers de motards et scootéristes que la politique de sécurité routière pratiquée par vos services tue chaque jour sans rime ni raison. Si les propositions faites par la FFMC depuis des dizaines d’années avaient été mises en œuvre, nous n’en serions pas là à ce jour. Nous le savons et mieux, nous le prouvons : nous avons pallié les manquements des Pouvoirs publics en créant nous-mêmes les outils de notre propre sauvegarde. A notre échelle ? Non, nous avons fait plus grand que nous : nous avons créé une Mutuelle d’Assurance, une maison d’Edition, une association de formation qui gère un réseau de moto écoles éthiques, une association d’éducation populaire pour les jeunes, notre programme pour la jeunesse a obtenu l’agrément de l’Éducation nationale, nos militants interviennent en milieu scolaire pour sensibiliser… Nous ne faisons pas que nous opposer ou réclamer monsieur le 1er Ministre, nous mettons en œuvre, nous ne sommes pas les agités du casque que certains veulent faire accroire. Nous sommes la Fédération Française des Motards en Colère.

Nous avons sollicité Madame Royale en son temps, Monsieur Hulot dernièrement, sans retour aucun. Le mépris. Le mépris des classes dites dirigeantes pour leurs administrés. Ce mépris exprimé et ressenti également par les élus de la République, y compris ceux de vos propres rangs, car eux non plus vous ne les avez pas consultés. Alors que nous, si. Certains nous soutiennent, le savez-vous ?
Nous leur avons écrit et parlé. Et ils nous ont entendus. Mais pas vous. Pourtant nous en sommes persuadés, il nous faut échanger. La FFMC n’est pas opposée aux 80 km/h par un principe benêt d’opposition systématique. Ce sont 37 années de réflexion, d’actions et de recherches qui l’ont amenée là. La politique de sécurité routière répressive pratiquée par vos services est mauvaise pour la cause même qu’elle prétend servir ! Et tout particulièrement pour les usagers fragiles dont nous faisons partie. Nous le savons ! Nous le vivons tous les jours sur le terrain !

Monsieur le 1er Ministre, vous voulez sauver des vies ? Nous, nous en sauvons. Voulez-vous savoir comment ? Voulez-vous entendre ce que nous avons à dire ? Voulez-vous écouter nos propositions, qui font nos revendications ?

La balle est dans votre camp : dans l’attente de l’écoute que vous, Monsieur le 1er Ministre, nous refusez comme vous refusez d’écouter les élus de la République, députés, sénateurs, présidents de conseils départementaux, maires et surtout, la grande majorité des citoyens de notre pays, dans l’attente de cette concertation qui n’existe que dans les éléments de langage de votre gouvernement, nous nous ferons entendre par les derniers moyens d’expression que vous nous laissez : la rue.

Pour la Fédération Française des Motards en Colère,
Pour le Bureau national,
Fabien Delrot, coordinateur.