Octobre 2013 : compte-rendu de la réunion de la FFMC 60 avec l’Euro-député Philippe Boulland

 

LE 29 OCTOBRE 2013

La FFMC 60 en la personne de Philippe Fisk et Magali Cravoisier, a rencontré le 29 octobre 2013, l’eurodéputé Isarien Philippe Boulland.

 Nous avons été accueillis par Monsieur Boulland à sa permanence de Senlis. Monsieur Boulland a commencé en parlant de l’inter-file. Se revendiquant très légaliste, ancien motard lui-même, il s’est avoué plutôt contre en l’absence d’une loi qu’il pense ne pas pouvoir être votée. Nous en avons profité pour lui remettre la brochure « Remontée de files, circulation inter files » de la FFMC. Nous lui avons rappelé également que cette pratique existait depuis plus de 30 ans, qu’il serait temps d’envisager sa légalisation et surtout, de former les futurs conducteurs de 2RM à sa pratique en auto-école. Cet aparté nous a aussi permis de présenter le mouvement FFMC dans son ensemble.

 Nous avons demandé la confirmation du vote pour le contrôle technique de Monsieur Boulland le 2 juillet dernier. Notre eurodéputé a confirmé qu’il était bien pour le contrôle technique des 2RM tout en se défendant d’avoir été approché par un quelconque lobby.

Aux questions sur le problème d’un règlement contraignant par rapport à une directive, à la faible population motarde traversant les frontières européennes, aux grandes disparités climatiques, infrastructurelles, économiques et géographiques entre les 28 états de l’union européenne, au principe de subsidiarité, au principe de proportionnalité, Monsieur Boulland a répondu systématiquement qu’il souhaite une Europe où tout ou presque serait harmonisé : 28 pays avec les mêmes lois, les mêmes règles, afin de « simplifier » la vie des citoyens européens.

 Nous lui avons fait remarquer que son vote a non seulement été à l’encontre de la position du parlement français et du sénat mais également de son parti, l’UMP. Monsieur Boulland a dit assumer pleinement son choix, choix d’autant plus délicat à ses yeux qu’il a effectivement pris une position dissidente par rapport à l’UMP dans une période pré-électorale où, selon lui, certains n’hésitent pas à faire entendre le chant des sirènes pour quelques voix.

 Nous avons mis en avant le fait qu’aucune étude n’avait démontré l’efficacité du contrôle technique automobile depuis sa mise en place. Nous avons souligné qu’aucune étude indépendante autre que Maids n’avait été réalisée sur l’impact des défaillances techniques dans l’accidentologie des 2 et 3 RM, le résultat donnant une défaillance à l’origine des accidents de 0,3%. En parallèle, nous avons souligné que les résultats d’une étude en Allemagne, pays où le contrôle technique est obligatoire, avait trouvé 13% des accidents impliquant une moto causés par des défauts techniques, ce qui tendrait à prouver l’inefficacité d’un contrôle technique. Son vote pour le projet européen de contrôle technique revenait donc à servir la soupe à Dekra et autres sur le dos des citoyens européens qui souffraient déjà depuis plusieurs années d’une crise financière majeure. Monsieur Boulland a reconnu qu’une étude indépendante à l’échelle européenne était indispensable et qu’il était prêt à revoir sa position si le résultat de cette étude prouvait de manière indiscutable que le contrôle technique pour les 2RM était inutile.

Nous lui avons répondu que le projet, s’il était adopté en l’état, prévoyait un contrôle technique à partir du 1er janvier 2016 pour les motos et 2018 pour les cyclos et qu’à ce moment-là, l’étude en question ne serait pas terminée. Monsieur Boulland a déploré en effet que les résultats d’une étude (qui n’a pas encore été décidée) arrivent après la décision de l’Europe sur le projet de contrôle technique. Dans cette attente, s’il devait revoter, malgré tout, il voterait à nouveau pour.

 A la fin de l’entretien, Monsieur Boulland a signalé qu’il n’avait pas parlé de la question environnementale liée à ce projet, faute de temps (nous avions 30 minutes). Nous lui avons répondu que c’était plus sage de sa part, sachant qu’il se déplaçait régulièrement jusqu’au parlement de Strasbourg en pilotant un Cirrus SR22…

Monsieur Boulland a reçu les documents suivants :

  1. triptyque FFMC

  2. le manifeste de la FFMC

  3. le document donnant position du Sénat sur le projet européen de contrôle technique

  4. l’étude de la FEMA

  5. l’extrait de la revue littéraire scientifique de Denis Berger sur l’efficacité du contrôle périodique des véhicules dans le domaine de la sécurité routière

  6. le rapport MAIDS simplifié

 

Nous sommes repartis avec un drôle de sentiment et une question en suspens : comment peut-on se déclarer favorable à un projet en sachant :

  1. qu’il sera contraignant pour des millions de citoyens,

  2. sans aucune preuve de l’utilité de ce projet,

  3. que les lobbies ont à contrario, tout à gagner (quelques milliards) à ce que ce règlement passe

  4. et prétendre que faire payer davantage au nom d’une pseudo-harmonisation simplifiera la vie de ces mêmes citoyens durement touchés par la crise ?

Les citoyens français et les conducteurs de 2 et 3 RM plus particulièrement sauront sûrement répondre à cette question en 2014…

29/10/2013

Réunion FFMC 60 Philippe Boulland