23 octobre 2010

Le 28 septembre 2010, la FFMC s’est vue éconduire en raison de l’agenda surchargé de Brice Hortefeux qui lui a proposé de rencontrer son conseiller en sécurité routière, le général de gendarmerie Richard Lizurey.

La FFMC a appelé tous les 2RM à une journée nationale de manifestation : contre le contrôle technique moto, contre la politique du chiffre et de la répression qui montre les motards comme les mauvais élèves de la sécurité routière, en dépit d’une diminution de la mortalité des 2RM en baisse constante depuis 30 ans,  pour la légalisation de la circulation interfile, pour une TVA à 5.5% sur les équipements moto, pour un meilleur partage de la route.

La FFMC 60 était présente. En dépit du contexte tendu et de la pénurie d’essence, parti de la gare de Senlis, le cortège de motards n’a cessé de grossir jusqu’à son arrivée à Paris. Après plusieurs arrêts, les motards se sont dirigés vers l’Assemblée Nationale. Sur place, les moteurs ont vrombis : puisque que le gouvernement ne voulait pas nous écouter, il allait nous entendre ! Et comme pour illustrer la colère des motards, de gros nuages noirs se sont massés au-dessus du cortège arrêté, accompagnés d’un fort coup de vent et d’une courte mais violente pluie.

[wowslider id= »12″]